Vibrat’eau - Vibration (2018)

VIBRAT'EAU

Chaîne des lacs à Villeneuve d'Ascq (59)

 

Pour citer Paul Klee, par la vibration, en art comme dans la nature, la matière peut être saisie par une expression de vie.

Telles des archets ou des harpes, des réseaux de couleur frissonnent à la brise et tremblent à la lumière en des mouvements vibratoires hypnotiques. Les lignes droites ondulent sur leur base serpentine et volent au gré des courants d'air. Le vent réel ou transformé dans l’alchimie musicale l’espace de quelques heures, associé au clapotis de l’eau et sa mouvance, agite nos oreilles et aiguise nos pupilles.

 

"C’est le ciel pris au filet du soleil après la pluie ! »
Raphaelle Pia
artiste peintre

 

 

 

VIBRATION

Sculptures en l’Île 2018 - Andresy, sur l'ïle Nancy - (78 ) -


Ici le vent met en vibration les rubans, qui en tremblant provoquent une oscillation visuelle et colorée. Cette installation est un piège à énergie, elle la capte et la retransmet. On peut y sentir et ressentir le moindre souffle d’air. L’œuvre est empathique avec les arbres et leurs feuilles frissonnantes, voir les tremblements des lignes c’est aussi voir les tremblements des feuilles, les trouées d’ombres et de lumières qui filtrent et changent au vent. On y respire les souffles du vent, les tremblements de l’air.

Les côtés du chemin sont orientés vers l’est ou vers l’ouest, et la répartition colorée, de dominante froide ou chaude d’un côté et de l’autre en souligne les effets changeants. Selon la lumière, du matin ou de l’après-midi, du soir, l’installation se transforme, des oranges éclatants et des bleus effacés le matin, des orangers plus sourds et des bleus et roses scintillant l’après-midi. Si la disposition rayonnante et conique peut évoquer les rayons du soleil et la polyphonie des couleurs la décomposition de la lumière blanche, on oublie bien vite nos savoirs devant la poésie d’un arc en ciel, et je l’espère par la réjouissance que nous avons à voir s’animer ici toutes ces couleurs.